Etat des lieux Paris

États des lieux autorisés mais qu’en est-il de la visite de logements à louer ? - 20/11/2020

Les états des lieux sont des actes obligatoires qui durant ce second confinement, restent autorisés, aussi bien lors de l’entrée dans la location que lors de la sortie de celle-ci. Par contre, dans l’immobilier locatif, tout n’est pas autorisé et notamment les visites de logements. Pour les agences immobilières et les bailleurs privés, partenaires privilégiés de nos opérateurs en états des lieux, c’est la douche froide et l’incompréhension face à une situation qui déconcerte alors que par ailleurs les travaux à domicile restent autorisés. Alors que faire ? Des visites virtuelles ? En effet, c’est la seule solution possible mais elle est loin de faire l’unanimité auprès des locataires potentiels à en croire les statistiques. Il en résulte que les agences immobilières et les bailleurs privés attendent avec impatience la levée de cette interdiction et espèrent ardemment que cela se fera à partir du 1er décembre prochain, date à laquelle le confinement devrait s’alléger comme l’a annoncé le Premier ministre Jean Castex lors de sa conférence de presse du jeudi 18 novembre.

Contrairement aux états des lieux, les visites physiques des biens ne peuvent avoir lieu

A l’heure actuelle, les bailleurs ou leurs mandataires, tels les membres experts en états des lieux de notre réseau LEDL, peuvent se rendre dans les logements pour réaliser des états des lieux d’entrée ou de sortie. Par contre, même s’ils peuvent se rendre dans les logements que souhaitent louer leurs clients, les agents immobiliers ne peuvent y faire venir les candidats locataires parce que les visites physiques des logements, même organisées par le bailleurs sans intermédiaire, ne sont plus autorisées depuis le 30 octobre, date du début du second confinement. Pour pallier cette interdiction, les bailleurs ou leurs mandataires peuvent proposer aux locataires potentiels des visites virtuelles, soit une simulation qui permet de visualiser le logement en 3D par écran interposé. Malheureusement, les visites virtuelles ne satisfont ni les locataires ni les bailleurs, les premiers parce qu’ils estiment que cette visualisation à distance ne suffit pas à les renseigner totalement sur le bien en question, les seconds parce que par expérience, ils savent que la visio-visite aboutit rarement à la signature d’un contrat de bail. 

Autoriser les états des lieux et interdire les visites : cherchez l’erreur ! 

Les bailleurs comme les agents immobiliers, qui font souvent appel aux services de nos experts en états des lieux, ont beaucoup de mal à concevoir que les visites de biens à louer soit interdites tandis que d’autres opérations comme les états des lieux d’entrée ou de sortie, les déménagements, les diagnostics immobiliers ou encore les travaux dans les logements continuent d’être autorisés durant le confinement. A l’heure actuelle, les visites ne sont toujours pas possibles mais à l’échéance du 1er décembre, tous espèrent que la situation va se résorber et va permettre au marché immobilier locatif, déjà fortement fragilisé, de reprendre tant bien que mal. Pour cela, bailleurs privés et agents immobiliers s’engagent à continuer de respecter les gestes barrières et le protocole sanitaire comme ils l’ont toujours fait et même à se plier à toute autre exigence émanant des pouvoirs publics comme celle de limiter le nombre de candidats, d’exiger la présentation d’un test négatif, de diminuer la durée de visite, etc. 


« Retour aux actualités